Le blog d’un instit en week-end ou en vacances…
Image aléatoire... Actualiser pour en voir d'autres !

Category — Aujourd’hui, j’ai vu…

Prends ma place, mon vieux !

Hier, j’étais debout dans une rame du métro parisien, avec ma valise et mon sac-à-dos.
Une place se libère, et là, une jeune fille, debout elle aussi, m’interpelle : “Monsieur, monsieur !”, en me montrant le siège vide.

Je lui souris et la remercie en lui indiquant que je vais bien et qu’elle peut s’y asseoir.

Mais au fond de moi, non, ça ne va pas : c’est la première fois qu’on me propose une place dans le métro. Je n’en tire qu’une seule conclusion : je vieillis !

Certes j’ai dépassé la quarantaine l’an dernier. Certes j’ai quelques mèches blanches qui se perdent dans mes cheveux bruns. Certes je commence à avoir une petite bedaine…
Mais diantre, me proposer de m’asseoir, moi qui venais de passer 1h30 assis dans le TGV !

Je sais bien que dans quelques dizaines d’années je pesterai sur ces jeunes de 40 ans qui ne se lèvent pas par respect pour l’ancêtre que je serai.
Je sais bien que la jeune fille d’hier était juste bien élevée et voulait bien faire…
Mais diantre, me proposer de m’assoir, comme ça, en public !

Sans compter que sur le livre qu’elle lisait, un tampon mentionnait “Saint Antoine”. Certainement ce genre d’institution privée qui apprend les trop bonnes manières à nos jeunes !

Vous l’aurez compris, je ris de tout ça, et je remercie cette aimable demoiselle d’avoir voulu prendre soin de mon arthrose naissante.

Ceci dit, la prochaine fois que vous voulez offrir une place à quelqu’un dans les transports en commun, posez-lui donc cette question :

“Monsieur / Madame, vous sentez-vous assez jeune pour que je garde ma place ou souhaitez-vous que je reste assis par courtoisie pour éviter la mention de votre grand âge ?”

Résultat assuré.

janvier 28, 2018   844 lectures   1 commentaire

Tristesse infinie

« Dunkerque est en deuil. Hugo, tu es dans nos cœurs. Ma tristesse est infinie. » Ce sont ces mots du maire de la ville que j’ai envie de partager avec vous en ce triste dimanche.

Hier soir, match de hockey sur glace, l’équipe de D1 de Dunkerque reçoit Reims. Beaucoup de pression suite à un mauvais début de championnat, et de l’ambiance côté supporters. Comme d’habitude, le long du plexiglass, des adultes observent, commentent, encouragent, et des enfants se faufilent le long des vitres pour mieux voir ; ça bouge, ça chahute, ça tape, la vie quoi !

Et soudain, un palet qui sort du jeu. Un choc que je ne vois pas mais que je devine, vu les adultes qui se précipitent autour d’un enfant. La fanfare qui s’arrête. Quelques chants de supporters de l’autre côté subsistent (ils n’ont pas encore  perçu ce qu’il s’est passé), et un silence immense, glaçant, plombant, entoure la patinoire.

Des regards perdus, interrogateurs, résignés, mais on n’ose penser au pire. Les premiers secours sont donnés sur place, mais certains gestes et regards des personnes les plus proches, à quelques mètres de moi, laissent craindre le pire. Les secours arrivent, on évacue doucement la patinoire, silencieuse, incrédule… Certains visages sont en pleurs, d’autres ne trouvent que le silence pour commenter ce moment horrible. Les joueurs errent sur la glace, les regards n’attendent qu’un cri, un sourire, mais rien de tout ça. Juste un drap noir pour cacher le travail des pompiers qui devront faire repartir le coeur du petit Hugo.

L’enfant a été réanimé, puis transféré sur Lille. Mais ce matin, la terrible nouvelle tombe : Hugo a perdu la vie. 8 ans après l’avoir gagnée.

Horrible, injuste, incompréhensible, les mots me manquent pour qualifier cette tragédie pour un p’tit bonhomme qui venait juste faire la fête, voir le jeu qu’il aimait tellement et qu’il pratiquait lui-même… comme tant d’enfants, de jeunes et d’adultes présents ce soir-là !

Les mots ne peuvent rien changer, mais j’adresse toutes mes pensées à sa famille pour qui la vie bascule, à tous ses copains pour qui le prochain entraînement sans lui sera certainement très difficile. Je pense aussi à tous les supporters qui étaient là hier soir, près de lui, et qui ont certainement pleuré comme je l’ai fait. Enfin, je pense au club, aux joueurs, à celui qui a tiré et qui va porter difficilement la conséquence d’un geste qui n’avait rien de volontaire, à tous les parents de petits hockeyeurs qui ne pourront s’empêcher de s’identifier… et à toi, Hugo, parti bien trop tôt.

Veille sur tes copains, petit ange.

novembre 2, 2014   6 820 lectures   8 commentaires

Tu t’appelles comment ?

Au réveil ce matin, j’ai souri

J’avais déjà eu sur la plage le petit vieux qui faisait sa déclaration d’amour. Ce matin, c’était les voisins du dessus qui écrivaient leur prénom sur le sable.

J’irais bien ajouter à côté : « ET MOI C’EST JEAN-ROCH, JE SUIS LE VOISIN DU DESSOUS QUE VOUS RÉVEILLEZ LE MATIN AVEC LE BRUIT DE L’EAU DANS LES TUYAUX », mais j’aurais peur que la fin de ma phrase soit à la frontière belge ! ;-)

Bonne fin de vacances à tous, profitez !

octobre 30, 2014   1 757 lectures   2 commentaires

Les casseurs de châteaux de sable

Cela ne vous a certainement pas échappé, il n’a pas fait très beau ces derniers jours (et encore, c’est un euphémisme pour dire qu’il a fait un temps pourri).

J’ai la chance d’habiter en station balnéaire, face à la mer. Des ouvriers municipaux assurent quotidiennement la propreté et la sécurité de la plage, surtout en cette période touristique. Ainsi, chaque matin, un tracteur passe pour ratisser le sable et ramasser les déchets que les touristes de la veille auraient malencontreusement oublié.

Il faut croire que par ce mauvais temps, on ne sait quoi donner comme ouvrage à ces ouvriers. Tenez-vous bien : il y a 3 jours, à mon réveil, un bulldozer s’occupait d’une tâche bien délicate, détruire les châteaux de sable !

Consciencieusement, l’agent municipal reculait, avançait, creusait, égalisait, pour faire disparaître quelques tas et pâtés de sable.
J’imagine la mine déconfite des bambins qui avaient passé leur journée à imaginer, creuser, modeler, mouler des trous, des tours, des pyramides ou des tunnels et et qui voyaient à travers la vitre de leur appartement de vacances ce bulldozer accomplir ces méfaits !

Bien-sûr, on m’objectera qu’il faut bien occuper les saisonniers embauchés par la commune, et que des trous dans le sable sont certainement dangereux pour les gens qui se promèneraient pendant la nuit… ou encore que le tracteur qui ratisse est gêné par les bosses et les trous. Mais quand même, si on pouvait utiliser mes impôts locaux d’une autre manière, cela me paraîtrait beaucoup plus saint.

Allez, chers amis qui donnez des ordres aux bulldozers destructeurs, avec l’argent économisé par l’essence, je vous propose d’acheter le sourire des enfants au réveil !

août 24, 2014   1 679 lectures   2 commentaires

Une lumière derrière la vitre

Je viens, encore une fois, d’expérimenter un petit plaisir, et je me demandais si j’étais le seul à apprécier ce genre de lubie. Il faut que j’vous explique !

Lorsque je me promène les soirs d’automne, comme actuellement, j’aime beaucoup l’heure à laquelle le jour décroit. C’est à ce moment souvent que les gens rentrent chez eux, après une longue journée de travail, ou suite à un dimanche en famille. Derrière les vitres, peu à peu, s’allument des petites lampes de chevet, des télévisions, des éclairages muraux… Et cette vision, lorsque je suis dans le froid, l’obscurité et le silence du dehors, ça me donne une sensation de plaisir, comme le ferait un coucher de soleil ou un bon repas !

Oui, je sais, ça paraît idiot, mais s’il n’en tenait qu’à moi, je me poserais quelques minutes devant les vitres de ces maisons aux éclairages multiples, juste pour le plaisir de rêver quelques secondes. Je trouve en effet qu’une petite lampe intérieure, lorsqu’il fait froid et sombre à l’extérieur, ça donne une impression de chaleur et de bien-être. Et voir ces gens, qu’on ne connaît pas, discuter ou se reposer derrière les vitres plus ou moins voilées, ça donne l’envie d’être à leur place !

Le plaisir de l’envie, c’est pas mal, non ? Plutôt que d’appeler ça le remords de l’absence ! ^^

091108-lumiere

Bon, évidemment, j’ai la chance d’avoir aussi un chez moi, et c’est donc très naturellement que dès que j’y rentre, j’allume des petites lampes partout. Ça n’est peut-être pas très bon pour la planète, mais c’est excellent pour le moral des passants !

novembre 8, 2009   3 263 lectures   6 commentaires

Discussion de rayon

Ce midi, je profitais du calme ambiant pour aller remplir mon frigo à la grande-surface du coin. Et puisque le temps des vacances est propice à ma créativité gastronomique, je décidais de prendre les ingrédients nécessaires pour me faire une tarte au thon (oui, je commence fort, je sais).

Pas de problème pour le choix du thon, c’est un ingrédient dont j’ai goûté plus d’une fois les bienfaits en randonnée. En outre, face au rayon des pâtes, me voilà bien coi. Après avoir étudié les différentes possibilités qui s’offraient à moi, et n’arrivant pas à affirmer à 100% que la pâte brisée était plus adaptée que la pâte feuilletée pour ma recette, je décidais d’interpeler une ménagère de moins de 50 ans pour lui demander son avis.

- Excusez-moi, pourriez-vous me dire quelle est la pâte idéale pour faire une tarte au thon ?

Voyez-vous, ces a priori ? Je pensais qu’en demandant à une femme, je mettais toutes les chances de mon côté pour me régaler le soir-même. Or, à peine ma question posée, je vois la jeune femme se tourner vers son mari, avec des yeux emplis d’incertitude, comme si je lui avais demandé en quelle année était né Michaël Jackson. Peu importe, me dis-je, le regard percutant de son homme, montrant déjà une réflexion intense et certainement une grande expérience en matière de type de pâte, me laissait présager un dénouement rapide. Peut-être était-il lui-même pâtissier, ou gérant du sablage des pâtes chez Herta ?

Eh bien non. Un peu comme lors d’un jeu télévisé, pour faire preuve de déduction, l’homme me sortit que la pâte sablée lui semblait plutôt adaptée aux tartes sucrées (tiens, je ne l’avais même pas remarquée, la sablée…), et que la brisée, ça lui disait vaguement quelque chose (certainement un souvenir d’enfance, mais je n’ai pas osé fouiller dans le passé d’un inconnu). Bref, après quelques secondes de tergiversations argumentées, nous optâmes, dans notre ignorance mutuelle, pour la pâte brisée, ayant éliminé la feuilletée qui risquait de faire beaucoup trop de miettes dans mon four.

Moi qui croyais être ridicule à poser la question… J’aurais dû faire un sondage parmi les autres clients présents dans le rayon !

323-courses

Ridicule, par contre, je le fus de retour chez moi. J’ai bien acheté du thon et de la pâte, mais paraît-il qu’il fallait aussi des œufs et de la crème fraîche ! :-)

août 21, 2009   5 103 lectures   4 commentaires

Premier tableau de vacances

Les ciels d’été me donnent envie de faire de la peinture.
Pour un premier soir de vacances, c’est plutôt joli.
Mais c’est bien connu, le meilleur reste à venir…

Bonnes vacances à tous !

090705-ciel

La photo originale ci-dessous : [Read more →]

juillet 4, 2009   3 031 lectures   4 commentaires

Petite formule

J’ai reçu hier, dans ma boîte, un petit message de la Direction Générale des Impôts, pour m’informer de la péremption prochaine de mon certificat permettant de déclarer mes impôts en ligne. J’ai particulièrement apprécié la fin du message :

090223-impots

Sincèrement, ils croient que je porte de l’intérêt à leur service par plaisir ? ;-)

février 23, 2009   1 841 lectures   1 commentaire

Pub

Permettez-moi un petit coup de pub pour un collègue qui a du talent, et de l’humour. Depuis plusieurs mois, il nous en fait profiter sur son blog, croquant la vie d’instit par le petit bout de son crayon…

Dessins Jack

… et voilà qu’il a la bonne idée de préparer un album, en vrai !
N’hésitez pas à le lui commander (on clique ici pour plus d’infos), une bonne idée pour les cadeaux de Noël, et en plus, il vous le dédicace !

Elle n’est pas belle, la vie ?

septembre 27, 2008   3 623 lectures   5 commentaires

Bonne nouvelle !

En image :

Avec au passage une erreur dans la syntaxe grammaticale de Facebook lorsqu’on lit de près…
Que voulez-vous, on s’amuse comme on peut quand il fait gris dehors ;-)

J’espère que chacun d’entre vous passe d’agréables vacances… Pour ma part, j’apprends doucement à réutiliser internet après un sevrage nécessaire !

août 7, 2008   2 186 lectures   2 commentaires