Le blog d’un instit en week-end ou en vacances…
Image aléatoire... Actualiser pour en voir d'autres !

Category — Expérience

Des points de vie pour une bonne année !

Voilà, un cap bien symbolique est passé il y a quelques heures, à l’instant où l’aiguille de l’horloge passait, au moins en France, du 11h59 au minuit. 2016 est déjà bien entamée, et pour ma part elle a commencé avec bien du plaisir !

Nouvelle année, nouveaux projets, des aventures en perspective, et la nécessité de faire tourner la chance de son côté pour obtenir le meilleur de ce que notre quotidien peut nous offrir. C’est au moins ce que je vous souhaite, avec beaucoup de bonheur !


Pour ma part, cette année, je m’amuse. Afin de me motiver à améliorer mon quotidien qui tend parfois à se cristalliser dans un confort presque insipide, je mets en place pour 2016 la possibilité de gagner des points de vie.

Des points de vie ? Je vous propose de jouer avec moi ! Le principe est simple : chaque jour, en fonction des actions que vous réalisez, vous gagnez des points. Ces points ne servent à rien, ils montrent juste à quel point vous êtes vivant !

Voici une proposition de mon barème pour le début d’année :

  • Faire du sport plus de 15 mn : +2 points
  • Faire du sport plus de 60 mn : +5
  • Une journée de boulot : +3
  • Faire une vraie soupe : +3
  • Au moins 30 mn de rangement ou ménage : +2
  • Aller voir des amis : +3
  • Prendre l’apéro avec eux : +2
  • Rendre visite à sa famille : +3
  • Lire plus de 15 mn : +2
  • Lire plus de 60 mn : +5
  • Aller au cinéma ou à un concert : +3
  • Faire un carnaval : +10
  • Ecrire une idée à réaliser : +2
  • Ecrire un « kif » de la journée : +1
  • Sourire à un(e) inconnu(e) et avoir un sourire en retour : +1
  • Jouer au moins 15 mn de musique : +2
  • Méditer au moins 10 mn : +2
  • Faire une chose qui me fait peur : +10

Bien-sûr, ces règles sont modifiables, non exhaustives… Vous pouvez les adapter, en ajouter, en supprimer, modifier le gain. J’ai par exemple l’envie de me remettre au piano, d’où la ligne « jouer de la musique »…

J’ai bien pensé à mettre des points de vie à retirer, genre « un point perdu pour 60 mn de télé », ou « 2 points perdus si je ne sors pas de chez moi », mais pour l’instant je vais rester dans le positif… et voir si ça me porte au moins quelques jours.

Ainsi, par exemple, pour cette première journée , j’ai gagné : 2 points pour 20mn de marche sur la plage + 5 points pour un super nouvel an avec des amis + 5 points pour un deuxième nouvel an super avec d’autres amis + 2 points pour cet article (puisque j’y écris une idée) + 2 points pour mes quelques gammes au piano. Ma journée équivaut donc à 16 points de vie, ce qui est bien sympathique pour un lendemain de fête…

Edition du 2 janvier : mise en place d’un tableau excel en live pour calculer rapidement les points ^^.
Edition du 3 janvier : Fabye, signalée en commentaire, tient également son propre tableau excel ! D’autres aventuriers ?

Et vous, combien avez-vous vécu aujourd’hui ? J’attends vos comptes en commentaire ! :-)

janvier 1, 2016   1 377 lectures   15 commentaires

Me lever plus tôt : jour 2

Deuxième journée d’expérience, je suis fatigué. Je vais tenter de trouver pourquoi…

Pour ceux qui n’ont pas suivi le début de l’histoire, c’est par ici : Me lever plus tôt : jour 1.

Hier, après la première journée de décalage de mon heure de lever, pour en faire plus et mieux dans ma journée, j’étais au lit à 23h. Ce qui est assez exceptionnel pour moi pendant des vacances.

Réveil brutal

Je comptais me lever à 9h pour mon programme du jour, et donc très logiquement, j’ai mis mon réveil à 8h. Chose assez étonnante, je me suis réveillé naturellement à 5h28, certainement un appel inconscient à obéir à l’injonction de tenter le lever à 5h30… J’aime les expériences, mais je reste quand même trop attaché à mon lit pour ce genre de folie.

Ayant un bon sommeil, je me suis aussitôt rendormi pour être réveillé à 8h par mon réveil. Ouch ! Ce genre de réveil qu’on voudrait ne pas entendre, surtout qu’au final, j’avais tout-à-fait le loisir de prolonger ma nuit. Cette petite voie qui vous dit « allez, rendors-toi, tu n’as rien de prévu ce matin » est très séduisante. Il faudra quand même que je me penche sur cette histoire de cycles de sommeil, car là, j’ai vraiment eu l’impression d’être tiré du lit au meilleur moment.

Ceci dit, en une minute, la motivation était là. J’avais décidé de prendre le même schéma que la veille (lever, petit-déjeuner, méditation, écriture, objectifs et priorités de la journée, sport, douche, lecture), afin de comparer mes sensations.

Les rituels

Méditation : je suis passé du « scan corporel » à « 10 minutes de calme dans la journée ». Plutôt comique quand on sort d’une nuit de 9 heures très calmes…
C’était, comme la veille, une concentration sur son corps et sur sa respiration. Hier j’avais tendance à m’endormir, aujourd’hui j’ai eu du mal à ne pas penser à ma journée… Les projets me revenaient sans cesse en tête (pourtant rien de grandiose de prévu), et les 5 premières minutes furent peu fructueuses. Heureusement, la fin, toujours les yeux fermés dans mon fauteuil, m’a été bien bénéfique avec une phrase du genre « tu es vivant, et tu existes ». C’est vrai, ça, c’est plutôt chouette pour commencer la journée !

Ecriture : j’avais beaucoup apprécié hier cette phase d’écriture mêlant le retour sur la journée et les prévisions du jour. Aujourd’hui, je me sentais moins inspiré… Dommage. Certainement la fatigue. Comme je l’évoquais hier, j’ai changé de carnet, j’en ai trouvé un avec des pages de plusieurs couleurs, plutôt pratique pour poursuivre ou revenir sur les écrits de la veille. J’écris souvent, je sais qu’une journée sans inspiration passe parfois, ça ne m’inquiète pas.

Sport : ah ! c’est ce moment que j’attendais ce matin ! Sans compter que le temps était dégagé, la mer calme, les mouettes déjà en action (j’habite au bord de la mer). Je suis toujours maladroit avec mes rollers, mais le but justement est de progresser, et je repère les petites rues les plus lisses pour mon apprentissage. J’ai une envie folle de m’arrêter et de discuter avec tous ces inconnus qui promènent leur chien ou vont chercher la baguette fraîche à la boulangerie, mais toutes ces personnes n’ont pas forcément entendu mon « tu es vivant et tu existes », je vais me contenter d’un sourire. D’ailleurs, je crois qu’ils ont déjà rigolé en me voyant patiner. ^^

Lecture : après le sport et la douche, c’est vraiment un moment agréable, que je ne prenais le temps de vivre que pendant les vacances, ou parfois de façon aléatoire en suivant un lien publié sur mes réseaux. Se fixer un moment, et lire jusqu’au bout, c’est très instructif. Ce matin, j’apprenais à lutter contre la procrastination, comme quoi j’ai un peu de suite dans les idées.

Bilan de ce 2e jour :

  • Je suis fatigué ce soir, et je mets cela sur le compte du lever « forcé ». Mais j’ai encore de l’endurance, même si c’est le week-end, il faut que je poursuive.
  • Je prends déjà goût au petit quart d’heure sportif en début de journée. Je suis conscient que c’est peu, mais quelqu’un m’a encore dit aujourd’hui que des scientifiques affirmaient que c’était mieux de faire du sport en début de journée plutôt qu’après toutes nos activités. Si la science le dit !

Questionnement

Le doute s’est déjà installé : et si je me faisais « mal » pour rien ?
Une question sur Twitter me parle d’ailleurs : « on peut faire ça le soir aussi non ? »

J’imagine le tire de l’article d’accroche à l’origine de tout ça : « pourquoi je me couche une heure plus tard, et pourquoi vous devriez en faire autant ? ». J’y pense, mais le bénéfice serait-il aussi important ? Ma première priorité reste d’avoir un temps de sommeil suffisant pour être en forme pendant la journée.

Je sais que je suis « du soir », par expérience. J’ai d’ailleurs l’impression, en fin de journée, d’être plus créatif, plus actif, plus rêveur, plus enthousiaste… bref plus humain ! Alors pourquoi pas « ritualiser » la soirée ?

Une chose que j’apprécie pourtant, c’est ce petit moment de sport avant ma journée, et plus globalement, le fait de prendre du temps avant de partir au boulot. Lire un peu par exemple me permet de me réveiller en étant vivant, et pas juste en pensant à la journée qui arrive et à l’heure du départ déjà dépassée…

Cependant, 2 jours ne suffisent pas pour me faire mon opinion, demain je garde le même rythme. Sauf que c’est le week-end, je pense me permettre de ne pas mettre le réveil, mais de faire mes rituels dès l’ouverture de l’oeil. Sauf s’il est 5h30 bien-sûr ! :-)

A suivre bien-sûr.

août 28, 2015   1 369 lectures   4 commentaires

Me lever plus tôt : jour 1

Je suis tombé hier sur l’un de ces articles autour du développement personnel ; vous savez, ceux qui nous font souvent hausser les épaules, parfois qui nous interpellent, rarement qui nous enthousiasment… Cette fois-ci, je ne sais pas pourquoi, j’ai eu l’envie de tester. Certainement parce qu’il me parlait et qu’il faisait ressortir en mois des envies cachées.

L’article en question s’intitule : « Pourquoi je me lève à 5h30 tous les matins (et ce que vous gagnerez à en faire autant)« .

Faut avouer que ce titre était accrocheur pour moi, un amoureux du lit, mais qui possède plutôt un rythme de sommeil 3h du matin – midi en temps de vacances. Cela faisait plusieurs semaines que j’avais pourtant la sensation de louper des choses en dehors du lit… et l’approche de la reprise du boulot après un long congé bien déstabilisant au niveau horaires était l’occasion rêvée pour l’expérience.

Pourquoi se lever plus tôt ?

L’auteur de cet article propose très simplement de se lever une heure plus tôt, et de remplir cette heure avec une succession de rituels bénéfiques : méditation, écriture, visualisation d’objectifs, sport et lecture. Pour chacun, des bénéfices semblent apparaître pour la suite de la journée, mais comme toute expérience, il faut du temps pour les ressentir ou pour les évaluer.

Préparation

On dit qu’il faut 21 jours pour installer une habitude. Aujourd’hui était donc la première journée ! Couché assez tard, rythme de vacances oblige, j’avais la possibilité de dormir tant que je voulais ce matin. En temps normal, j’aurais levé l’œil vers 9h30, j’ai donc très logiquement mis mon réveil sur 8h30. La veille, j’avais préparé ma liste :

  • 10′ : méditation (j’avais téléchargé l’application nécessaire pour m’accompagner) ;
  • 10′ : écriture (liste de reconnaissance, citations, projets…) ;
  • 10′ : visualisation des objectifs de la journée, priorité ;
  • 15′ : pratique sportive ;
  • 15′ : lecture.

Premier constat au réveil à 8h30 : je suis en caleçon, et j’ai faim… C’est bien joli cette heure ritualisée, mais faut pas non plus se laisser aller. C’est donc en phase de réveil légèrement difficile que je passe aux toilettes, monte prendre un verre de jus d’orange, un bol de chocolat chaud, un petit pain… Oui chez moi je dors en bas et je vis en haut.

Diantre, déjà 15 minutes de passées et je n’ai pas encore commencé mon rituel ! Sans compter que mon téléphone m’a happé au moins 3 minutes avec quelques notifications.

Sommeil ou conscience ?

Première phase : méditation. Armé d’un casque et de mon téléphone, je lance l’application « Calm », choisis « scan corporel » de 10 minutes, et c’est parti pour une concentration, au bruit des vagues, sur mon crâne, mes épaules, mes pieds qui touchent le sol, ma respiration qui entre et qui sort. C’est en anglais, mais je me dis que ça me fait du bien de réviser, même s’il y a certaines parties du corps que j’ai dû louper faute d’en comprendre la signification.

Ce fut un sacré effort de lutter contre le retour du sommeil… Pour avoir déjà pratiqué ce genre d’exercices de « pleine conscience », la difficulté est souvent de revenir à l’objet de la concentration, tant les pensées extérieures reviennent vite à la charge. Là, les yeux fermés, j’avais vraiment la crainte de repartir pour un cycle de sommeil. Demain, je tenterai de ne pas mettre le bruit des vagues.

Le stylo à la main

Deuxième phase, écriture. Assis cette fois sur une chaise, le stylo à la main, j’ai l’impression cette fois que je me réveille vraiment. C’est parti ! Je note en vrac quelques éléments positifs sur la journée de la veille (« liste de reconnaissance »), puis très vite je pars sur des projets que j’ai en tête, autour de l’école ou de mon organisation personnelle. Les 10 minutes passent vraiment trop vite, mais j’essaie de tenir le timing, il est 9h05.

J’enchaîne sur la 3e phase, celle de la « visualisation des objectifs de la journée », ou de l’affirmation de ce que je voudrais devenir. Rien que ça ! Lancé par mon crayon, je continue à écrire le déroulement concret des activités prévues, mais aussi ce que j’attends de ces moments, et la priorité « humaine » que j’y envisage. Il est déjà 9h15, le sport m’appelle.

Comme sur des roulettes

Je m’étais promis pendant les vacances de m’entraîner aux rollers, étant encore très maladroit et déséquilibré. C’est donc parti pour un tour de quelques pâtés de maisons autour de chez moi, après avoir enfilé rapidement les habits de la veille.

C’est agréable, je n’avais jamais croisé les balayeurs pendant tout l’été, ils ont l’air en pleine forme, eux, je me demande s’ils ont fait leur temps de méditation avant de prendre leur balai…

Je reviens dégoulinant par l’effort surhumain pour regagner mon ascenseur (3 étages en rollers par les escaliers, je ne maîtrise pas encore), et là, alors que je devrais passer les 15 prochaines minutes à lire, je me laisse entraîner par l’appel de la salle-de-bain et sa douche réparatrice. Ce n’est pas dans mon timing, mais tant pis, c’est du temps pris sur ce qui était prévu après…

Que lire ?

Livre, journal, article en ligne ? En 15 minutes, difficile de commencer un roman, et j’ai l’impression que lire une BD n’est pas à la hauteur du défi que je me suis lancé.

C’est donc sur une tablette que je parcours quelques articles dans le style de celui qui m’a poussé à faire cette première expérience, autour de l’intérêt de se lever tôt, et de la nécessité de supprimer les obstacles qui nous empêchent de sortir du lit. Cela me donne des idées, et je prends quelques notes : « le meilleur réveil-matin, c’est la motivation de faire quelque chose de fantastique dans sa journée ». C’est vrai, j’en ai eu la preuve ce matin !

Ajustements hypothétiques

Quelques ajustements que je pense faire dans quelques jours si j’ai les mêmes ressentis qu’aujourd’hui :

  • me coucher plus tôt la veille, si possible quand le sommeil arrive (je le sens déjà depuis 19h, et à tous les coups, à 22h30, je serai en pleine forme !) ;
  • déplacer la méditation un peu plus tard qu’immédiatement après le réveil, c’est trop dangereux pour le bon dormeur que je suis ;
  • rallonger le temps d’écriture pour mettre à plat des projets ou des idées, c’est une phase que j’ai vraiment appréciée.
  • prévoir 4 carnets, un pour les listes de reconnaissances, un pour la journée à venir, un pour les projets fous, et un pour mes notes de lecture…

Bilan sur la journée

Je suis fier de m’être tenu à un objectif, celui de réaliser cette « heure ritualisée ».

Au final, j’avais prévu de me lever vers 9h30 pour démarrer de chez moi à 10h30. En me levant une heure plus tôt, je suis parti à 10h15, et j’ai fait 5 fois plus de choses qu’habituellement… Bon bénéfice pour une nuit un peu plus courte quand même.

De plus, j’ai l’impression d’avoir passé une journée avec des échanges passionnants, mais il faut dire que c’était aussi la reprise pour moi, et retrouver des collègues apporte son lot de surprises et d’échanges agréables. Enfin, j’ai apprécié cette sensation de vivre deux fois ma journée : la préparation à l’écrit (presque comme au boulot, où l’on doit écrire le programme détaillé du temps de classe, sauf que dans ce dernier cas c’est une corvée pour moi), et le vécu, assez proche de la « préparation » ! La suite demain, je cours me coucher ! :-)

edit : Jour 2 en ligne

août 27, 2015   2 609 lectures   1 commentaire